Chapitre IV : un cri dans la nuit

“Aaaaaaargh !”

Le cri avait été poussé par Philibert,  et il fallut plusieurs minutes à Gérard pour s’en remettre – surtout à cause du fait qu’il lui avait balancé son polochon à la figure, en plus de lui hurler dans les oreilles. Mais il faut dire aussi que c’était à cause de lui que Philibert avait crié.

“Ca va pas non, Gérard , vous introduire comme ça, en pleine nuit ?

- Taisez-vous, Philibert. Les voisins vont penser des choses.

- Qu’est-ce que vous faites là ?

- Vous avez toujours le pruneau ?

- Heu ?? Oui, et alors ?

- Alors, prenez le et mettez-vous le ..

- Pardon ?

- Cessez de m’interrompre! Mettez-le dans un sac, prenez des affaires et fichez le camp ! Retrouvez-moi chez Lerond.

- Ce vieux barbu écolo en chemise à fleurs, avec sa secte de fumeux?

- Comme vous dites. Mais ils sont les derniers dépositaires d’une antique sagesse qui …..

- Laissez tomber les périphrases dramatiques, voulez-vous ?

- Bon . La SAURON S.A. a engagé des mercenaires pour récupérer le pruneau, et éventuellement vous casser la gueule. Chez Lerond, vous serez normalement en sécurité.

- Des mercenaires ?

- Oui, des motards noirs qui..

- Mon papy en a vu un hier ! fit une voix qui sortait d’un pot de géranium.

Maniax fonça et flanqua un coup de bâton dans ledit pot.

“Aï-eu !”

Une grosse bosse apparut, suivie de la figure rougeaude de Sam Samagace, le cuisinier de Philibert.

“Sam ? mais que…

- Il tombe à pic! fit Maniax. Ca m’ennuyait de vous laisser seul .Vous partirez à deux !

- Pas question ! fit Philibert. Si c’est dangereux…

- Si, monsieur, s’il vous plait ! fit Sam. Je veux aller voir les beatniks de Lerond !”

0 Réponses à “Chapitre IV : un cri dans la nuit”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




elevator |
freressuricate |
toute une vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour